Expérience partagée – le ciel étoilé avec un appareil photo

Il y a mille et une manière de faire des photos de la voûte céleste. On voit très souvent des photos magnifiques mais trop souvent on oublie qu’avec peu de matériel, on peut réaliser de magnifique photo. Avant tout, il y a plusieurs choses à préparer pour réussir sa séance.

La météo

C’est évident, mais il faut regarder la météo sur le site que vous avez sélectionné pour la séance photo. Le vent est sans doute le premier ennemi de l’astrophoto nomade. On voyage léger donc la moindre grosse rafale peut être fatale pour le résultat final. Des nuages, pas forcement un soucis. Un voile nuageux ou de gros cumulus peuvent agrémenter les photos finales. Je vous recommande la site www.meteoblue.com.

Le site

Un site exempt de pollution lumineuse est un très bon choix, mais parfois il faut savoir jouer avec les lumières nocturnes. Il faut également un avant plan, quelque chose qui occupe et « habille » la photo. Il faut toujours essayer de marier le ciel à un paysage. Cela peut être par exemple, un monument, un arbre isolé, un phare, une vallée, un lac… Il faut savoir jouer avec le sujet nocturne et le sujet céleste. Les plus belles photos sont sans doute celles qui marient parfaitement les 2.

Le matériel

L’appareil photo – Il faut au minimum un appareil photo numérique avec un mode « pose M ». C’est à dire d’avoir la capacité à faire des photos de plusieurs secondes. Personnellement, j’utilise un canon EOS 700D.

La télécommande – C’est un accessoire indispensable. Si vous n’en possédez pas, vous pouvez toujours utiliser le retardateur. La télécommande permet manuellement de déclencher la photo et de choisir la durée nécessaire. La télécommande permet de garantir qu’il n’y aura pas de « bouger » lors du déclenchement de photo.

Le trépied – Un outil indispensable est le trépied : léger et solide. Muni d’une tête permettant de faire des photos en mode horizontale ou verticale. Ici, u,n article qui décrit très bien l’usage et le fonctionnement d’un trépied et d’une rotule (Trépied et Rotule – source : http://www.commentcamarche.net).

Fonctionnement d’une rotule

Les objectifs

Là, par contre, de multiples choix se proposent à vous. Pour réaliser des images de voie lactée, ou des grands champs stellaires, un objectif grand angle est impératif.

FishEye – Le fishEye est un objectif photo très très très grand champ. Il déforme la photo mais permet de capturer des vastes champs stellaires. Par exemple, le choix se portera sur un objectif Samyang 8mm (Samyang 8mm f/3,5 aspherical IF MC) ou Samyang 14mm (Samyang 14mm f/2.8 IF ED UMC Aspherical). J’utilise personnellement le 14mm. C’est un outil pour moi indispensable pour faire du paysage stellaire. La mise au point est manuelle, donc on réalise une mise au point grossière, puis par tâtonnement sur 2 ou 3 photos on obtient une photo piquée et avec beaucoup de détails. Il faut compter 300€ pour le Samyang 8mm et 360€ pour le Samyang 14mm.

Crop Photo Samyang 14mm

Zoom Grand Angle – Cet objectif plus polyvalent va permettre de serrer les plans par exemple sur des sujets tels que les conjonctions, la lune, le soleil avec un paysage. Une grosse pleine lune au-dessus d’un château, il conviendra de resserrer le plan afin de donner une ampleur à la pleine lune. Dans ce domaine, il a beaucoup de choix possible. J’utilise par exemple un Tamron 18/200 (Tamron 18-200 mm f/3,5-6,3 Di II VC ). Il est simple, basic mais fait le travail. Le seul hic concerne la prise de photo d’objet très lumineux. Les jeux de reflets sont assez présent sur les photos. Pour résoudre ce problème, il faut monter en gamme de produit. Un objectif 70/200 mm de qualité Canon, Sigma par exemple fait tout à fait l’affaire.

La prise de vue

La prise de vue – Le moment le plus important. Déjà dans un premier temps, le confort. Quand on fait des séances d’astro-paysage, il faut correctement s’habiller pour ne pas avoir froid et prévoir quelques gourmandises car les nuits sont longues. Il faut une lampe rouge pour ne pas se brouiller les yeux. On choisit son emplacement et on débute par faire des tests pour cadrer correctement. Plusieurs petits conseils :

Les ciels tournants : on fixe par exemple l’étoile polaire. La sensibilité est fixée à 100ISO et on laisse filé le temps. Au minimum 15 minutes parfois 1h. Par exemple sur la photo ci-dessous, la pointe du menhir fixe l’étoile polaire.

Un petit ciel tournant, la pointe de ce menhir dans l’axe de l’étoile polaire.

Pointe du Grouin – 29 Décembre 2016

Il existe une autre manière de faire des ciels tournants. On fixe la sensibilité à 800, 1600 ou 3200ISO et on réalise des photos de 10 à 15 secondes. La télécommande est programmée pour faire des photos en continue. On nomme cette technique le time lapse. Ci-dessous plusieurs vidéos très bien faite qui résume les techniques : je vous conseil cet auteur qui décrit très bien toutes les techniques : https://www.youtube.com/user/Airbuse2/videos.

Une fois que vous avez cumulés des dizaines de photo, vous pouvez réaliser un traitement avec le logiciel Starmax et obtenez une très belle image.

Les panoramas

Les panoramas – C’est aussi simple que compliqué ! Il faut tout d’abord avoir un trépied à niveau. Ensuite, on réalise le panorama avec une série de photo avec la quantité nécessaire à sa réalisation. Vous déplacez l’appareil photo de gauche à droite ou le contraire en veillant à toujours avoir une zone de recouvrement entre les photos. Vous pouvez aussi sur certaine rotule, mettre l’appareil en vertical (basculement de 90°) et réaliser un panorama. Le capteur ainsi positionné permettra de prendre des photos avec une hauteur unitaire plus importante. Le temps d’exposition : il ne faut jamais oublier que la terre tourne. Il faut donc avoir une sensibilité élevé (1600, 3200 ou 6400ISO) sur des poses courtes : 10, 15 secondes. En effet même avec une focale très courte, si on additionne dans un panorama plusieurs photos avec un temps de pose trop long, les étoiles auront une forme de patate.

Un panorama unique de 8 photos comme ci-dessous par exemple avec des poses unitaires de 20 secondes à 3200ISO. Si j’avais voulu refaire une passe pour avoir un panorama plus important, j’aurai du diminuer le temps de pose à 15 secondes. Également, plus l’objectif est important, par exemple avec une zoom à 70mm, voir 200mm…plus le temps d’exposition est court.

3 Août 2016 – Voie Lactée
Panorama portrait

Enfin pour assembler les panoramas, j’utilise un logiciel gratuit : Microsoft Image Composite Editor.

 

Pour marque-pages : Permaliens.